Aujourd'hui,
URGENT
11-Décembre: «Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère» est le thème retenu pour l'édition 2018
Filière coton: le gouvernement burkinabè va injecter plus de 14 milliards de F CFA «pour sauver la filière»
Burkina: le groupe Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS), revendique l’assassinat du maire de Koutougou 
Culture: La 2e édition des Nuits du Djongo se tiendra du 4 au 6 mai prochain à Pô et à Tiébélé
Sénégal: six mois de prison ferme pour l’élu d’opposition Barthélémy Dias (RFI)
Politique: Roch Marc Christian Kaboré échangera jeudi avec l’opposition politique burkinabè sur des questions d’intérêts nationaux. 
Guinée-Bissau: le nouveau Premier ministre chargé d'organiser des législatives
Média: La radio demeure le canal d’information préféré des Burkinabè (58%)
Média: Savane FM, Oméga FM et RNB, les radios les plus écoutées à Ouagadougou (étude)
Kantchari: Un mort et une centaine de déplacés dans un conflit inter-communautaire (AIB)

CULTURE

La deuxième édition de Ouaga film Lab, plateforme de développement et de coproduction de projets cinématographiques, se tient du 11 au 23 septembre 2017 à Ouagadougou. Ce lundi 11 septembre, les organisateurs ont animé une conférence de presse pour donner les grandes articulations de cette deuxième édition.

Du 11 au 23 septembre se déroule à Ouagadougou la deuxième édition du «Ouaga Film Lab». Selon Alex Moussa Sawadogo, directeur artistique, ce programme se présente comme «le laboratoire de développement et de coproduction, qui a pour but principal, le renforcement de la compétitivité des réalisateurs et producteurs des pays de l´Afrique de l´ouest pour les différents grands laboratoires internationaux». Il ajoute que cette initiative facilitera l’accès aux fonds de financements locaux, à des coproductions internationales ainsi qu’à leur mise en étroite collaboration avec des mentors confirmés du continent.

Pour cette nouvelle édition de Ouaga Film Lab, l’innovation majeure est l’ouverture d’un atelier spécifique dédié au renforcement des capacités professionnelles des producteurs francophones d’Afrique dénommé «le Ouaga producers lab». Selon le directeur artistique, Alex Moussa Sawadogo, ce dispositif offre cette année à 5 producteurs audiovisuels burkinabè un programme intensif de formation au métier du producteur en trois phases à savoir: avant, pendant et après le Ouaga film lab.

M. Sawadogo a indiqué que, parmi les 90 projets candidats à cette deuxième édition, 15 ont été sélectionnés. «Les binômes réalisateurs-producteurs, porteurs de ces 10 projets ainsi que 5 jeunes producteurs sont invités à Ouagadougou pour cette édition», a précisé le directeur artistique. Il a par ailleurs fait savoir que les 10 réalisateurs et les 15 producteurs sélectionnés bénéficient d’un accompagnement, d’un coaching et de sessions de formation personnalisées en scénario, production et techniques de pitchs avec des mentors et des formateurs reconnus au niveau international. Au-delà de ce programme dédié aux participants sélectionnés, souligne le directeur artistique, des masters class animées par des cinéastes sont ouvertes à l’ensemble des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel du Burkina Faso.

L’ambition des organisateurs de ce programme Ouaga Film Lab est de contribuer par cette plateforme à l’émergence d’une véritable industrie culturelle et créative, dynamique et porteuse de développement économique pour la jeune génération de professionnels du cinéma et de l’audiovisuel d’Afrique.

Ouaga Film Lab, aux dires des initiateurs, se présente plus que jamais comme la plateforme de développement et de coproduction de projets cinématographiques, en impulsant de nombreuses rencontres entre personnalités du cinéma et jeunes talents du continent africain ainsi que leur mise en réseau avec les plateformes professionnelles du monde entier. «Si Ouaga Film Lab s’inscrit aujourd’hui dans cette lancée, c’est grâce à la confiance que lui accordent ses partenaires», a conclu le directeur artistique.

Cette deuxième édition a comme invité d’honneur le réalisateur burkinabè Idrissa Ouédraogo.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Lors de son discours sur la situation de la Nation prononcé le jeudi 12 avril 2018 devant la représentation nationale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a promis la fin des délestages d’électricité pour 2019. A-t-il les moyens de tenir promesse?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé