Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

CULTURE

Le 21 juin prochain, la musique sera célébrée dans toute sa pluralité à travers le monde. Au Burkina Faso et pour la 12è année consécutive, Exit Management entend offrir au public Ouagalais, un spectacle exceptionnel à la Place de la nation à travers son festival «Fête de la musique».


Durant 72 heures, le festival «Fête de la musique» va s’articuler autour de concerts live, formations et rencontres professionnelles entre acteurs de la filière musique. Les artistes programmés cette année sont : Hamed Smani, Sofiano, la troupe Wend Manegre, la troupe Duni ya Sugri, Smockey, Jezy, Maï Lingani, Issouf Compaoré, Natou, Miss Maya, Salif Widga, Campus Ambiance et Dez Altino. Malgré les difficultés financières, les organisateurs disent vouloir tout mettre en œuvre pour réussir la fête. Cette année, c’est le duo musical ivoirien Yodé et Siro qui est l’invité d’honneur à ce festival.

«Le défi pour nous, organisateurs de la fête de la musique, est d’offrir toujours le meilleur dans la mesure du possible. Quand nous parlons de possibilité, nous voulons notamment parler de moyens financiers. Organiser un tel évènement nécessite impérativement des moyens et non des moindres car de nos jours, nous sommes limités en matière de finances mais nous tenons à respecter ce rendez-vous capitale qui demeure au-delà de tout un challenge important», a confié Alexis Allognon à la conférence de presse de ce mardi 13 juin 2017 à Ouagadougou.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé