Aujourd'hui,
URGENT
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)
Evènement: : les présidents Akufo Addo du Ghana et Issoufou du Niger attendus au Rebranding Africa Forum de Ouagadougou.   
Terrorisme:: 8 personnes tuées dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018 dans une double attaque dans la Région de l'Est. 
France: Emmanuel Macron reconnaît le rôle de l'Etat dans la mort de Maurice Audin
Ghana: Kofi Annan repose désormais au cimetière militaire d’Accra
Karangasso-Vigué: trois morts et une dizaine de blessés après des affrontements entre Dozo et Koglweogo (RTB)

CULTURE

L’Ecole de danse Irène Tassembédo (Edit) est menacée d’expulsion pour loyers impayés.


C’est une «Irène définitivement en colère» qui l’annonce sur sa page Facebook. «La situation de l’école de danse Edit, que j’ai créée en 2009, est aujourd'hui très grave! Nous sommes en effet sur le point de terminer une aventure artistique et humaine qui a permis jusqu'ici de produire deux promotions de très beaux danseurs, qui font notre fierté / ma fierté au plan national et international », alerte la célèbre chorégraphe, par ailleurs fondatrice de l’école.

La cause, un avis d'expulsion des lieux fixé au 16 avril prochain, sur décision d'un juge, parce que  l'Edit «n’est plus capable de venir à bout de ses loyers impayés, loyers que j'ai supportés avec les petites ressources de nos prestations diverses, mais aussi et surtout sur mes propres deniers, lesquels sont aujourd'hui épuisés », confie la fondatrice, actuellement hors du pays.

Le propriétaire aurait même vendu les locaux -complètement aménagés pour en faire une école de danse bien équipée- sans informer les occupants, précise-t-elle, ajoutant que sans une aide institutionnelle conséquente et régulière, provenant des secteurs de la culture et de la formation, une structure comme l'Edit ne peut pas survivre. « Des aides souvent promises, mais que nous avons attendues en vain de la part des institutions de notre pays... », déplore-t-elle.

L’avis d’expulsion tombe alors que la troisième promotion de danseurs est sur le point de finir sa formation avec un diplôme prévu en juin. D’où cet appel qu’Irène Tassembédo lance à tous afin que ceux qui devraient être au premier rang de ses soutiens interviennent pour empêcher cette expulsion et l’aident à trouver une solution dans l'urgence. « S'il faut quitter ces lieux, cela ne peut intervenir en cours d'année de formation!», martèle la chorégraphe. Une pétition a été lancée pour sauver l’école.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir