Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

L’Ecole de danse Irène Tassembédo (Edit) est menacée d’expulsion pour loyers impayés.


C’est une «Irène définitivement en colère» qui l’annonce sur sa page Facebook. «La situation de l’école de danse Edit, que j’ai créée en 2009, est aujourd'hui très grave! Nous sommes en effet sur le point de terminer une aventure artistique et humaine qui a permis jusqu'ici de produire deux promotions de très beaux danseurs, qui font notre fierté / ma fierté au plan national et international », alerte la célèbre chorégraphe, par ailleurs fondatrice de l’école.

La cause, un avis d'expulsion des lieux fixé au 16 avril prochain, sur décision d'un juge, parce que  l'Edit «n’est plus capable de venir à bout de ses loyers impayés, loyers que j'ai supportés avec les petites ressources de nos prestations diverses, mais aussi et surtout sur mes propres deniers, lesquels sont aujourd'hui épuisés », confie la fondatrice, actuellement hors du pays.

Le propriétaire aurait même vendu les locaux -complètement aménagés pour en faire une école de danse bien équipée- sans informer les occupants, précise-t-elle, ajoutant que sans une aide institutionnelle conséquente et régulière, provenant des secteurs de la culture et de la formation, une structure comme l'Edit ne peut pas survivre. « Des aides souvent promises, mais que nous avons attendues en vain de la part des institutions de notre pays... », déplore-t-elle.

L’avis d’expulsion tombe alors que la troisième promotion de danseurs est sur le point de finir sa formation avec un diplôme prévu en juin. D’où cet appel qu’Irène Tassembédo lance à tous afin que ceux qui devraient être au premier rang de ses soutiens interviennent pour empêcher cette expulsion et l’aident à trouver une solution dans l'urgence. « S'il faut quitter ces lieux, cela ne peut intervenir en cours d'année de formation!», martèle la chorégraphe. Une pétition a été lancée pour sauver l’école.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir