Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

CULTURE

Couronné du grand prix du jury (Ours d'argent) à la Berlinale 2017, le film «Félicité» du Franco-sénégalais Alain Gomis a remporté le samedi 4 mars 2017 pour une 2è fois, l’Étalon d’or du Yennenga du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco 2017).


Dans un palais des sports plein comme un œuf, «La félicité» a eu raison de tous les films en compétition à la biennale du cinéma africain. Les mots ont été bien choisis par le président du jury, le Marocain Nourredine Saïl, pour proclamer Alain Gomis, grand vainqueur de cette 25è édition du Fespaco.  Avec «Félicité», le cinéaste Franco-sénégalais Alain Gomis rentre ainsi dans l'histoire du Fespaco. Il devient le deuxième réalisateur, après Souleymane Cissé, à remporter deux fois le grand prix de l’Etalon du Yennenga.

«Félicité» est une mère courageuse de Kinshasa qui se bat pour trouver l'argent nécessaire pour l'opération de son fils, victime d'un accident de la route. Tout en remerciant toute son équipe, sa comédienne, et surtout les Congolais, Alain Gomis promet travailler davantage : «c’est une sorte de persévérance et je pense maintenant à tendre la main et créer un pont pour la nouvelle génération.» Le cinéaste ne manque pas de rendre hommage aux réalisateurs Cheick Fantamady camara, Idrissa Ouédraogo, Khady Sylla, Sembène Ousmane et bien d’autres. Un prix qu’Alain Gomis dédie aux jeunes réalisateurs et à réalisatrices africains qu’il appelle à se battre pour mériter leur place.

Alain Gomis succède ainsi à Hicham Ayouch, Etalon d’or du Yennenga 2015 avec son film «Fièvres ». Alain Gomis a toujours puisé sa force dans le jeu d’acteur incroyablement sensible et présent. On se souvient de l’acteur Saul Williams, qui a été phénoménal dans «Tey», Etalon d’or 2015. C’est également ce qu’on a vu dans «Félécité » où l’actrice congolaise, Véro Tshanda Beya interprète si bien son rôle dans ce film. C’est encore une histoire de rencontre entre deux âmes où une chanteuse lutte dans cette ville kinoise bouillonnante pour sauver son fils accidenté et les turpitudes de la vie.

Dans ce palmarès du Fespaco 2017, «A mile in my shoes» du Marocain Said Khallaf et «L’orage africain, un continent sous influence » du Béninois Sylvestre Amoussou remportent respectivement l’Etalon de Bronze et d’argent. Le meilleur film documentaire revient à Ousmane William du Sénégal dan «Kemtiyu-Cheikh Anta». L’Etalon de la meilleure série est décernée à Moussa Diallo du Sénégal également pour son film «Tundu Wundu». La mention spéciale du jury revient au film «A place for myself» de la jeune réalisatrice rwandaise, Marie Clémentine Dusabejambo.




Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir