Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Le public n’a pas marchandé sa générosité pour venir soutenir la jeune Dusabejambo

CULTURE

La 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) referme ses portes ce samedi 4 mars 2017. En attendant, les différents lauréats des prix spéciaux savourent leur joie de décrocher un prix de plus pour certains et le premier prix à ce festival panafricain pour d’autres. C’est le cas de la jeune cinéaste rwandaise, Marie Clémentine Dusabejambo qui décroche pour la première fois, le prix Thomas Sankara avec son court métrage «A place for myself» ou encore «Une place pour moi».


«A place for myself» est l’histoire émouvante d’une jeune fille albinos stéréotypée par son entourage. En effet dans une école primaire quelconque, arrive une fille albinos âgée de cinq ans, Elikia. A cause de la couleur de sa peau, ses camarades de classe s'aperçoivent que sa différence est plus un problème qu'un caractère particulier. Tandis que son voisinage la considère comme un stéréotype, sa mère la soutient. Ensemble, elles réagissent et élèvent leurs voix pour trouver leur propre place.


Troisième du genre, ce court métrage (20 mn) de Marie Clémentine Dusabejambo a retenu l’attention du jury qui estime que «l’histoire est belle, émouvante, simple et qui donne non seulement du plaisir à voir, mais aussi interpelle à l’image du combat du capitaine Thomas Sankara qui s’est battu toute sa vie pour une Afrique libre de tout genre de stéréotype».

La lauréate qui repart avec son prix et une enveloppe de trois millions de francs CFA, dit être heureuse pour ce coup d’essaie qui s’avère un coup de maître. «Je pense que du haut de là où il se trouve, Thomas Sankara sera fier de voir des jeunes comme moi, mené le noble combat pour lequel il a donné sa vie», s’est réjoui Mme Dusabejambo.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir