Aujourd'hui,
URGENT
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire

CULTURE

Le court-métrage « Ça tourne à Ouaga» de la réalisatrice et chorégraphe burkinabè Irène Tassembédo a été projeté ce jeudi 2 mars 2017 en première au Ciné Burkina dans le cadre de la 25e édition du Fespaco. Cette fiction de 26 minutes relate l’histoire  d’un tournage de cinéma, qui se passe dans la chambre d’une villa de Ouagadougou. Dans ce film, la réalisatrice met à nu les coulisses et certaines réalités vécues dans des plateaux de tournage cinématographique.

Le film qui est tourné a pour sujet un couple bourgeois dont les deux ont des ambitions politiques. Le mari souhaite que sa femme le soutienne avec son réseau pour qu’il puisse aller de l’avant dans sa carrière politique, ce qui lui permettra de briguer la présidentielle prochaine. Les deux comédiens qui sont les acteurs du film ont été un vrai couple dans la vie. Mais au cours du tournage, un couac intervient : la comédienne apprend que lorsqu’ils étaient toujours en couple, son partenaire la trompait avec une maquilleuse. 

Maintenant, piquée au vif, elle veut se venger contre son ancien conjoint à travers l’opportunité de ce tournage. A cet effet, elle commence à modifier les dialogues et défend sa propre candidature aux élections face à son mari. Ce qui ne manque pas de mettre son ex mari hors de lui. Face à cet imbroglio, le réalisateur ne comprend plus rien et demande des explications. Informé de l’histoire, il tente de désamorcer le conflit latent mais cela reste vain. Le tournage devient alors ingérable…

Pour la réalisatrice Irène Tassembédo, cette fiction est un clin d’œil à toute la famille cinématographique présente à Ouagadougou pour le Fespaco.  « Avec ce film, je voulais dire des choses qui sont vraies avec de l’humour et puis essayer de partager cela avec tout le monde. (…) Je n’ai pas inventé l’histoire, j’ai parlé avec plein de gens de l’univers du cinéma. Ce sont les ressenties de tout le monde : techniciens, comédiens  que j’ai mis en scène »  a révélé Irène Tassembédo.

Ce film qui est une représentation des dessous des plateaux de tournage met également en scène entre autres un réalisateur dépassé qui ne sait jamais quoi faire, un cadreur qui passe son temps à envoyer des SMS à ses copines, un ingénieur de son qui dort et qui enregistre n’importe quoi  et une restauration qui laisse à désirer.

A en croire donc la réalisatrice, au-delà de l’humour ce film reste proche de la réalité de ce qui se passe sur les plateaux cinéma. Le jeu d’acteur du film est très réussi et le casting est constitué des grands noms du cinéma tels Mouna N'Diaye, Désiré Yaméogo, Gérard Ouédraogo, Alain Héma, Gustave Sorgo, etc. Pour ceux qui n’ont pas pu voir la première de ce film, il sera projeté après le Fespaco le vendredi 10 mars 2017 à l’Institut Français de Ouagadougou.

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir