Aujourd'hui,
URGENT
Economie: au 31 janvier 2017, les chèques impayés émis au profit de l’Etat burkinabè représentait un montant de plus de 36 milliards de FCFA
Cameroun:  deux militants du RDPC tués, le gouvernement accuse les séparatistes (RFI)
Minefid: le gouvernement va recruter "un personnel d’appoint constitué de retraités et de volontaires" pour suppléer les grévistes
Sport: la Burkinabè Marthe Koala a remporté l’heptathlon au meeting des épreuves combinées de Kladno en République Tchèque
Burkina: plus de 315 000 candidats ont débuté ce lundi 18 juin les épreuves écrites du 1er tour du  BEPC
Ouagadougou: le développement du sport et des loisirs au cœur d’un séminaire international à Ouagadougou du 18 au 20 juin
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est

Ladji, l'acteur principal du film Wùlu

CULTURE

«Wùlu» ou encore «le chien» du réalisateur malien Daouda Coulibaly a refusé du monde ce lundi 27 février 2017 au ciné Burkina à l’occasion de la 25è édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.


Pour un coup d’essaie, ce fut certainement un coup de maître pour Daouda Coulibaly qui dans ce premier long métrage, a confirmé tout le bien que les avertis du 7è art pensent de lui. Présent à la projection de son film ce lundi, le réalisateur n’en croyait pas à ses yeux que la salle du ciné Burkina puisse refuser des centaines de cinéphiles venues découvrir le chef-d’œuvre. 

Dans cette fiction de 90 mn, Ladji, un jeune chauffeur de bus, cherchant à s'en sortir va parvenir à ses fins en entrant dans le crime organisé. A vingt ans, Ladji a de grandes ambitions mais il lui faut plus de travail. Apprenti chauffeur, toujours sérieux, irréprochable, il vient pourtant de se faire virer. Pour survivre, il accepte de conduire une petite cargaison de cocaïne. C’est facile, ça gagne bien, le métier est en pleine croissance. On lui donne enfin sa chance. Sans scrupules, il va la saisir, gravir les échelons, croiser hommes d’affaires véreux et militaires corrompus. Gagner de l’argent, beaucoup d’argent même.

«Wùlu» dessine le portrait d'une société malienne profondément corrompue où l'extrême pauvreté et les tentations de l'argent symbole de pouvoir, nouent des destinées où le matérialisme écrase tout sur son passage, créant un vide désespérant où s'annihile la jeunesse locale. Bâti sur un scénario solide qui permet à l'intrigue de progresser rapidement et avec fluidité, «Wùlu» tient un très bon équilibre entre l'action inhérente à son sujet et une relative sobriété dans le traitement de la violence. Une balance bien ajustée qui doit aussi beaucoup au personnage assez hermétique de Ladji  et à une sensation générale de véracité bien documentée filtrant sous des incontournables et «classiques» archétypes du film de genre qui sont bien maîtrisés.

Pour Adamou Yacouba alias Black Melo un reggaeman venu du Niger, c’est une œuvre d’art qui fait ressurgir la problématique de la jeunesse désœuvrée. «Le film n’a fait que retracer la réalité de ce qui se passe dans nos pays», témoigne M. Yacouba qui appelle les chefs d’Etats africains à réfléchir sur cette question qui selon lui, pousse beaucoup de jeunes à la déchéance. Un très bon film de genre dans le sillage cocaïne qui est à voir et à revoir.

Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

La mise en œuvre des recommandations de la conférence nationale des forces vives de la nation sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat peut-elle mettre fin aux grèves à répétition au Burkina?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé