Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana

CULTURE

Waga hip hop s’appelle désormais Waga festival. Pour son édition 2016 quki s’est tenu du 13 au 15 octobre, le festival a dédié sa soirée du 15 octobre au père de la Révolution burkinabè, le capitaine Thomas Sankara.

 

Le directeur artistique du festival Waga festival, Ali Diallo explique ce changement de dénomination pour répondre aux vœux de certains rappeurs. « il y a trois  ans, nous avons décidé d’ouvrir le festival Waga hip-hop à d’autres styles de musique (…) mais des rappeurs n’ont pas apprécié.  Comme ça faisait des grognes, nous avons décidé d’enlever le mot  hip-hop pour garder Waga festival pour ouvrir notre festival à d’autres styles de musique », indique M. Diallo.

Désormais, le festival s’ouvre à d’autres genres musicaux. « La musique urbaine, le reggae, le coupé-décalé se greffent au rap pour donner une autre coloration au festival », ajoute Ali Diallo. En mémoire à l’assassinat de Thomas Sankara, la soirée du 15 octobre a été exclusivement dédiée au père de la révolution du pays des hommes intègres. Tour à tour, les rappeurs Pa’Nucci, Joey Lesoldat, Frère Malkhom, David le Kombattant, Smockey et bien d’autres ont enflammés la cour du Fespaco avec des messages forts, interpellant la jeunesse à une prise de conscience.

« Même si on ne le dit pas, c’est une manière de faire un clin d’œil à Thomas Sankara pour nous  et ce depuis. Nous avons été tous les enfants de Thomas Sankara. Nous voulons perpétuer ses idées. Nous avons envie de faire vivre ses pensées. Il est important de profiter de cette occasion pour que les rappeurs puissent lui rendre hommage et parler des œuvres qu’il a laissées », explique Ali Diallo. Serge Bayala a profité de l’occasion pour relancer l’opération « 100 FCFA par Burkinabè pour mobiliser un milliard FCFA pour la construction du mémorial Thomas Sankara ».

Waga festival, c’est aussi le concours Waga talent qui  a été introduit à cette 16e édition. Un concours de jeunes artistes qui a vu le sacre de Jess B. Il repart avec un bon de résidence de création, la production d’un maxi-single de 5 titres et la promotion dans les médias partenaires.

Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir