Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: 2 bus touchés par les flammes le 24 février dans un incendie sur le nouveau site de la Direction générale de la police municipale.
Sanmatenga: 3 policiers et 1 civil tués le 24 février dans une embuscade tendue par des individus armés sur l’axe Pissila-Gibga.  
Ouahigouya : le corps sans vie d’un attaché d'éducation retrouvé après une attaque terroriste le 22 février dans le village de Samboulga. 
Burkina: une croissance de 6,5% en moyenne annuelle attendue sur la période 2021-2022, sous l’impulsion du secteur tertiaire (+7,8% et 7,6%
Burkina: le déficit global base engagement se situe à 254,0 milliards de FCFA contre 381,7 milliards de FCFA en 2018 (-33,5%).  
Burkina: 1 598,1 milliards de FCFA  de recettes mobilisés à fin octobre 2019 contre 1 412,0 milliards de FCFA à la même période en 2018 (+1
Burkina : l’activité économique enregistre pour 2019 une croissance de 6,0% contre 6,8% en 2018 (Conseil des ministres).
Burkina: le gouvernement adopte un décret portant prorogation de la période de révision des listes électorales biométriques au titre de l’a
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 

CULTURE

Waga hip hop s’appelle désormais Waga festival. Pour son édition 2016 quki s’est tenu du 13 au 15 octobre, le festival a dédié sa soirée du 15 octobre au père de la Révolution burkinabè, le capitaine Thomas Sankara.

 

Le directeur artistique du festival Waga festival, Ali Diallo explique ce changement de dénomination pour répondre aux vœux de certains rappeurs. « il y a trois  ans, nous avons décidé d’ouvrir le festival Waga hip-hop à d’autres styles de musique (…) mais des rappeurs n’ont pas apprécié.  Comme ça faisait des grognes, nous avons décidé d’enlever le mot  hip-hop pour garder Waga festival pour ouvrir notre festival à d’autres styles de musique », indique M. Diallo.

Désormais, le festival s’ouvre à d’autres genres musicaux. « La musique urbaine, le reggae, le coupé-décalé se greffent au rap pour donner une autre coloration au festival », ajoute Ali Diallo. En mémoire à l’assassinat de Thomas Sankara, la soirée du 15 octobre a été exclusivement dédiée au père de la révolution du pays des hommes intègres. Tour à tour, les rappeurs Pa’Nucci, Joey Lesoldat, Frère Malkhom, David le Kombattant, Smockey et bien d’autres ont enflammés la cour du Fespaco avec des messages forts, interpellant la jeunesse à une prise de conscience.

« Même si on ne le dit pas, c’est une manière de faire un clin d’œil à Thomas Sankara pour nous  et ce depuis. Nous avons été tous les enfants de Thomas Sankara. Nous voulons perpétuer ses idées. Nous avons envie de faire vivre ses pensées. Il est important de profiter de cette occasion pour que les rappeurs puissent lui rendre hommage et parler des œuvres qu’il a laissées », explique Ali Diallo. Serge Bayala a profité de l’occasion pour relancer l’opération « 100 FCFA par Burkinabè pour mobiliser un milliard FCFA pour la construction du mémorial Thomas Sankara ».

Waga festival, c’est aussi le concours Waga talent qui  a été introduit à cette 16e édition. Un concours de jeunes artistes qui a vu le sacre de Jess B. Il repart avec un bon de résidence de création, la production d’un maxi-single de 5 titres et la promotion dans les médias partenaires.

Abel Azonhandé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé