Aujourd'hui,
URGENT
RDC: 50 morts dans le naufrage d’une embarcation dans le Nord-Ouest (RFI)
Putsch manqué: le procès rouvert ce 25 mai a été renvoyé au mardi 12 juin pour débuter avec l'interrogatoire des accusés
Burkina: Boureima Ouédraogo,  Ingénieur statisticien, nommé Directeur général de l’Institut national des statistiques et de la démographie
Burkina: 19 organisations syndicales ont invité ce 25 mai le gouvernement à respecter les textes régissant la liberté syndicale
Fespaco 2019 : le gouvernement burkinabè octroie un milliard de francs CFA pour accompagner les cinéastes burkinabè
Ouagadougou: un policier de l’UIP-PN tué par des individus armés non identifiés
Diplomatie: le Burkina Faso rompt ses relations diplomatiques avec Taiwan (Officiel)
Burkina: 18 organisations syndicales dénoncent «une violation des libertés syndicales».
Sport: la 10e édition de Altitude Nahouri se tiendra le 23 juin 2018 à Po, province du Nahouri
Italie: Giuseppe Conte désigné chef du gouvernement

le président Kaboré écarte l’idée d’acheter un nouvel avion présidentiel  

A SUIVRE CETTE SEMAINE

Suspendu le 9 mai dernier, le procès du putsch manqué a repris ce vendredi 25 mai 2018. Dès son ouverture, l’audience a de nouveau été renvoyée au mardi 12 juin 2018 pour le début des interrogatoires des accusés.

Le 27 janvier dernier, le gouvernement a signé un protocole d’accord avec la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE). Quatre mois après, la CNSE fait le point de la mise en œuvre des engagements pris. C’était à travers une conférence de presse ce vendredi 25 mai 2018 à la bourse du travail de Ouagadougou.

19 organisations syndicales interpellent le gouvernement burkinabè à se conformer aux textes nationaux et internationaux et à respecter le droit inaliénable des travailleurs et des citoyens d’organiser des rassemblements sur les lieux publics. Elles avancent comme preuve le récent avis du Conseil d’Etat  annonçant l’illégalité du sit-in au Burkina Faso.

Le point focal de la République de Chine populaire, Karim Demé, a immédiatement, après la déclaration du ministre Alpha Barry annonçant le «divorce» officiel entre le Burkina Faso et la Chine Taiwan, organisé la montée des couleurs de la « grande Chine »

Le gouvernement du Burkina Faso a décidé de mettre un terme à ses relations diplomatiques avec la Chine Taiwan à compter de ce 24 mai 2018. L’information a été rendu officielle ce jour même à Ouagadougou par le chef de la diplomatie burkinabè, Alpha Barry devant la presse.

Au lendemain de l’opération menée à Ragnongo par l’unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale, permettant de démanteler un présumé groupe terroriste, le Procureur du Faso s’est prononcé sur l’état d’avancement de l’enquête ouverte aussitôt sur cette affaire. Selon Maïza Sérémé, le cerveau du groupe était de nationalité burkinabè et il répondait au nom d’Abdoulaye Sawadogo alias Abdallah.

Les terroristes abattus, au cours de l’opération menée le 22 mai 2018 par la gendarmerie nationale, projetaient une attaque dans la capitale courant mois de juin 2018 contre des cibles importantes. C’est ce qu’a laissé entendre la procureure du Faso, Maïza Sérémé ce mercredi 23 mai 2018 au cours d’un point de presse. Elle a également révélé que le présumé cerveau de la bande était un Burkinabè. Nous vous proposons l’intégralité de sa déclaration liminaire.

Le 19 avril 2018, le Haut conseil pour la réconciliation et l'unité nationale (HCRUN) a annoncé lors de sa conférence de presse qu'il est parvenu à des propositions concrètes dans l’étude du dossier des militaires et policiers radiés de 2011. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction ce 23 mai 2018, le HCRUN dévoile le contenu de ces propositions.

Dans cette déclaration, l’Union pour le progrès et le Changement (UPC) salue le courage et le patriotisme des forces de sécurité qui ont mené l’opération à Ragnongo le 22 mai. Le parti d’opposition, fait également une mention honorable au gendarme François de Salle Ouédraogo, décédé au cours de l’opération qui a permis de démanteler une présumée bande terroriste.

photo: lefaso.net

Chaque mardi, l’opposition politique tient une conférence de presse pour décrypter l’actualité nationale. Ce mardi 22 mai 2018, c’est l’opposition municipale de la commune de Ouagadougou qui était face aux hommes de média pour leur faire part de la gestion de la ville d’une part et de la situation qui prévaut à l’arrondissement 3.

Des mots pour le dire...

Sondage

Le gouvernement annonce la tenue régulière du conseil des ministres dans les différentes régions du Burkina. Selon vous, c'est une décision:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé