Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

Le gouvernement du Burkina Faso a décidé de mettre un terme à ses relations diplomatiques avec la Chine Taiwan à compter de ce 24 mai 2018. L’information a été rendu officielle ce jour même à Ouagadougou par le chef de la diplomatie burkinabè, Alpha Barry devant la presse.

Au lendemain de l’opération menée à Ragnongo par l’unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale, permettant de démanteler un présumé groupe terroriste, le Procureur du Faso s’est prononcé sur l’état d’avancement de l’enquête ouverte aussitôt sur cette affaire. Selon Maïza Sérémé, le cerveau du groupe était de nationalité burkinabè et il répondait au nom d’Abdoulaye Sawadogo alias Abdallah.

Les terroristes abattus, au cours de l’opération menée le 22 mai 2018 par la gendarmerie nationale, projetaient une attaque dans la capitale courant mois de juin 2018 contre des cibles importantes. C’est ce qu’a laissé entendre la procureure du Faso, Maïza Sérémé ce mercredi 23 mai 2018 au cours d’un point de presse. Elle a également révélé que le présumé cerveau de la bande était un Burkinabè. Nous vous proposons l’intégralité de sa déclaration liminaire.

Le 19 avril 2018, le Haut conseil pour la réconciliation et l'unité nationale (HCRUN) a annoncé lors de sa conférence de presse qu'il est parvenu à des propositions concrètes dans l’étude du dossier des militaires et policiers radiés de 2011. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction ce 23 mai 2018, le HCRUN dévoile le contenu de ces propositions.

Dans cette déclaration, l’Union pour le progrès et le Changement (UPC) salue le courage et le patriotisme des forces de sécurité qui ont mené l’opération à Ragnongo le 22 mai. Le parti d’opposition, fait également une mention honorable au gendarme François de Salle Ouédraogo, décédé au cours de l’opération qui a permis de démanteler une présumée bande terroriste.

photo: lefaso.net

Chaque mardi, l’opposition politique tient une conférence de presse pour décrypter l’actualité nationale. Ce mardi 22 mai 2018, c’est l’opposition municipale de la commune de Ouagadougou qui était face aux hommes de média pour leur faire part de la gestion de la ville d’une part et de la situation qui prévaut à l’arrondissement 3.

Les forces de sécurité burkinabè ont mené, tôt dans la matinée de ce 22 mai 2018, une opération d’interpellation de présumés terroristes à Ragnongo à la périphérie Est de Ouagadougou. Aux termes de l’opération, trois présumés terroristes ont été abattus, un autre capturé, quatre blessés du côté des Forces de défense et de sécurité et deux civils blessés. C’est le point qui a été fait dans la mi-journée par le ministre de la Sécurité intérieure, Clément Sawadogo.

Les forces de sécurité burkinabè ont mené, tôt dans la matinée de ce 22 mai 2018, une opération d’interpellation de présumés terroristes à Rayongo à la périphérie Est de Ouagadougou. Aux termes de l’opération, des assaillants ont été neutralisés et des blessés ont été enregistrés du côté des Forces de défense et de sécurité selon plusieurs sources.

Dans cette déclaration, le Caucus des cadres pour le changement, fustige la position du journaliste Ismaël Ouédraogo et du mouvement Brassard noir sur le discours prononcé par Zéphirin Diabré  à l’ouverture du 7e congrès du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Il estime que le chef de file de l’opposition est dans son droit de s’afficher aux côtés de l’ex parti au pouvoir.

A l’issue de la session du Conseil Supérieur de la Défense nationale tenue ce 17 mai 2018 au palais de Kosyam, le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré s’est voulu rassurant sur les mesures prises pour garantir la sécurité des Burkinabè. 

L’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) a animé une conférence de presse ce jeudi 17 mai 2018 à Ouagadougou. Cinq points essentiels étaient à l’ordre du jour de cette rencontre avec la presse. Il s’agit du discours de Zéphirin Diabré, Chef de file de l’opposition politique au Burkina au 7è congrès du parti le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le renouvellement des véhicules du parc automobile de l’Etat, de la fronde sociale et des recrutements dans la fonction publique.

Ceci est une déclaration de la ministre burkinabè en charge du développement de l'économie numérique et des postes, Hadja Ouattara/Sanon, à l'occasion de la célébration ce 17 mai 2018 de la journée mondiale des télécommunications et de la société de l'information.