Aujourd'hui,
URGENT
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation

La Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) a observé une grève de 24 heures sur l’ensemble du territoire national ce jeudi 18 avril 2019. L'objectif de ce débrayage était de réclamer la mise en œuvre du protocole d’accord signé entre le gouvernement et la coordination depuis le 27 janvier 2018.

Voici les observations de Dr Ablassé Ouédraogo, président du parti «Le Faso Autrement» au communiqué-réaction en date du 16 avril du porte-parole du gouvernement sur la lettre que le président Compaoré a adressé au président Kaboré le 12 avril 2019. 

 

 

Dans le démenti qui suit, la section provinciale de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) du chef de file de l’opposition réfute la démission de 500 de ses militants comme annoncé par un cacique du parti au pouvoir, le MPP. 

«Depuis le lundi 4 avril 2019, le Président du Faso, SEM Roch Marc Christian KABORE a entamé des concertations avec les acteurs de la classe politique burkinabè à l’effet de préparer un dialogue politique prévu pour se tenir les 27 et 28 avril 2019. Dans cette dynamique, le Premier Ministre, SEM Christophe DABIRE, avait mené une série de rencontres avec les acteurs sociopolitiques de notre pays autour de l’ordre du jour de la réconciliation nationale. C’est dans cette démarche, que le Premier Ministre a reçu en audience à son Cabinet le 1er avril 2019, les premiers responsables de la CODER. 

L’opposition politique burkinabè a animé ce mardi 16 avril 2019 à son siège à Ouagadougou, son point de presse hebdomadaire. Animé par Alphonse Marie Ouédraogo de l’Union pour la renaissance démocratique/Mouvement sankariste (URD/MS) et Yumali Lompo du Parti national des démocrates sociaux (PNDS), ce sont les questions qui ont marqué l’actualité nationale ces derniers temps qui étaient au menu.

Image d'illustration

Ceci est un compte rendu de la première session ordinaire de l’année 2019 du Secrétariat exécutif de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) tenu le vendredi 12 avril dernier à Ouagadougou. Les membres se sont prononcés essentiellement sur la situation nationale et ils disent être inquiets.

Deux mois après sa dernière conférence de presse au cours de laquelle, la Coordination nationale des Syndicats de l'Education (CNSE) suspendait son mot d'ordre de boycott de certaines activités pendant deux mois, elle  a de nouveau rencontré les hommes de médias. Cette fois, le bilan de la mise en œuvre des engagements du gouvernement  et les perspectives  dégagées  par la coordination étaient au cœur des échanges tenus ce samedi 13 avril 2019 à Ouagadougou.

Dernier-né des partis politiques au Burkina Faso, le Mouvement pour le changement et la renaissance (MCR), lors de son lancement le 27 janvier 2019 au CBC, avait appelé Tahirou Barry, ancien président du Parti pour la renaissance (Paren) arrivé troisième lors de la présidentielle de 2015, à porter le flambeau du parti au prochain scrutin présidentiel de 2020. Ce dimanche 14 avril 2019, l’ancien ministre de la Culture et député à l’Assemblée nationale, a répondu «Oui» à l’appel et n’attend que son investiture à cet effet.

Dans cette déclaration parvenue à notre rédaction, quatre syndicats du secteur de la santé (Symeb/Sysmab/Saib/Syntahss) dénoncent l’inertie du gouvernement dans la mise en œuvre de la fonction publique hospitalière. Ils disent également apporté leur soutien à leur syndicat frère le Syntsha  qui va observer une grève de 48 heures à compter du 17 avril 2019.

Ce jeudi 11 avril 2019, Simon Compaoré, président par intérim du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), a réagi sur un communiqué diffusé la veille par les ONGs humanitaire sur les récentes crises communautaires qu’a connu le Burkina. « Si le Burkina est devenu invivable pour certains, il faut partir. En tout cas, nous on est là, on ne va pas fuir », avait affirmé Simon Compaoré. Mais pour l’Opposition politique, dans cette déclaration, ces propos sont « irresponsables » de la part d’un parti comme le MPP.

Le président du Faso en visite d’amitié et de travail en Turquie, a été reçu ce jeudi 11 avril dans la soirée par son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. Cette rencontre était la dernière séquence du séjour du président du Faso en terre turque.

1er janvier-11 avril 2019, cela fait 101 jours que ce sont déroulés les tueries survenues à Yirgou et ses environs, suite à l’assassinat du chef du village, des membres de sa famille et deux membres du groupe d’autodéfense Koglwéogo par des individus armés non identifiés. Trois mois après, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) né à la faveur desdits évènements, a donné de la voix ce jeudi 11 avril 2019 à travers une conférence de presse pour réclamer justice.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé